Article : L’Anesthésie

15 novembre 2016

Anesthésie. Un mot à démystifier et à apprivoiser.

 

dr_giroux_maxillo_facial_anastesie_sedation

 

Pour plusieurs personnes, le mot anesthésie est synonyme de peur, d’insécurité. Pourtant, qu’il s’agisse d’anesthésie locale, d’anesthésie générale ou d’anesthésie par sédation, elles ont toutes leur raison d’être et sont essentielles pour permettre au chirurgien d’effectuer le travail requis.

À une époque pas si lointaine, lorsque des patients allaient visiter leur dentiste, les méthodes d’anesthésie n’étaient pas ce qu’elles sont aujourd’hui et de mauvaises expériences ont contribué à alimenter la méfiance de plusieurs générations à suivre.

Heureusement, la science a énormément évolué permettant ainsi aux dentistes de minimiser l’inconfort des patients en toute sécurité.

 

L’anesthésie locale

Comme son nom l’indique, l’anesthésie locale permet d’insensibiliser une zone précise. Un anesthésique sous forme de gel ou de vaporisateur est appliqué sur la région à traiter ou est injecté près du nerf pour éliminer toute sensation. Souvent, ces deux types d’anesthésiques sont utilisés ensemble. Par exemple, lorsqu’il s’agit de procéder à un geste buccal simple (biopsie, ablation de tissus hyperplasiques etc.), le dentiste applique l’anesthésique topiquement, ce qui insensibilise momentanément la surface et permet par la suite d’insérer l’aiguille et de procéder à l’injection de l’autre anesthésique sans douleur.

 

L’anesthésie par sédation

L’anesthésie par sédation plonge le patient dans un état conscient ou semi-conscient. Elle est réalisée par voie intraveineuse, par voie orale ou à l’aide d’un gaz administré par inhalation. Si elle est complémentaire à l’anesthésie locale, elle ne la remplace pas. Cependant, en induisant une grande détente, elle évite au patient plus nerveux de vivre un grand stress et facilite de ce fait l’intervention.

 

 L’anesthésie générale

Étant la plus redoutée de toutes les anesthésies, l’anesthésie générale n’en demeure pas moins très sécuritaire. Les craintes associées à cette anesthésie regroupent notamment la peur de ne pas se réveiller après ou de se réveiller pendant l’intervention, la peur de paralyser, de perdre la mémoire. Même si elle comporte certains risques, le nombre de complications a été divisé par 10 au cours des trente dernières années, ce qui porte la probabilité de vivre une complication à environ 1 sur 1 000 000. Obligatoirement réalisée en milieu hospitalier, l’anesthésie générale induit une perte de conscience totale et donc une détente musculaire optimale ; elle est dès lors essentielle si le type de chirurgie requière que le patient ne fasse aucun mouvement.  Lors d’une anesthésie générale, des médicaments sont administrés au patient par voie intraveineuse ou par inhalation. Si pour quelque raison, le patient est extrêmement nerveux de devoir être anesthésié, il est aussi possible de lui prescrire une médication pré-anesthésie afin de favoriser son bien-être.

En tout temps, nous visons à assurer un maximum de confort pour nos patients et l’anesthésie est un incontournable dans bien des cas. Si votre état de santé buccal vous préoccupe, mais que vous n’agissez pas parce que vous vivez des craintes. Communiquez avec notre équipe, nous sommes là pour vous.

RETOUR AUX NOUVELLES


© 2019 Dr Patrick Giroux Maxillo • Tous droits réservés. |  Agence Team
Team Marketing.Web.Design