Spécialités

Chirurgie orthognatique

dr_giroux_maxillo_facial_chirurgie_ortho

Bien qu’elle entraîne souvent des améliorations esthétiques importantes du visage, la chirurgie orthognatique vise d’abord et avant tout à résoudre des problématiques liées aux anomalies d’ordre fonctionnel résultant d’un mauvais alignement des dents et des mâchoires. Champ d’expertise de la chirurgie buccale et maxillo-faciale, cette correction chirurgicale est pratiquée dans le but de favoriser une bonne relation des dents entre elles – ce que l’on appelle l’occlusion, de maximiser les fonctions de mastication, de phonétique et de respiration, ainsi que de redonner au visage un aspect plus proportionné.

En général, la chirurgie orthognatique s’adresse aux personnes aux prises avec, entre autres, l’une ou l’autre des problématiques suivantes : mastication difficile ou déglutition ardue, usure excessive des dents, irrégularité de l’occlusion, difformité faciale, menton fuyant, proéminence de la mâchoire inférieure ou supérieure, respiration buccale plutôt que nasale et syndrome d’apnée du sommeil.

Le traitement approprié sera déterminé de manière concertée entre le dentiste, l’orthodontiste et le chirurgien maxillo-facial. C’est toutefois ce dernier, spécialiste en chirurgie buccale, qui proposera et pratiquera le type de chirurgie requis. Le processus nécessitera de multiples étapes et s’échelonnera sur une période déterminée pendant laquelle la collaboration du patient sera primordiale. Un investissement de temps qui entraînera une meilleure qualité de vie.

N’hésitez pas à demander conseil à votre chirurgien maxillo-facial de la région de Québec afin d’en savoir davantage au sujet des traitements appropriés à votre situation. Le site www.specialisteschirurgie.ca/chirurgie-orthognatique peut aussi représenter une bonne source d’information.


Implantologie

dr_giroux_maxillo_facial_dent_implants - 1

L’implantologie se veut le traitement approprié dans les cas de remplacement à long terme d’une ou de plusieurs dents. Faits de matériaux biocompatibles, les implants se substituent aux dents manquantes de manière artificielle, mais ressemblent en tout point à de vraies dents. Ils peuvent également être mis en place pour stabiliser des prothèses dentaires complètes.

Ce traitement spécialisé s’adresse aux gens qui misent sur une bonne santé générale, peu importe l’âge. Le taux de réussite d’un traitement peut être influencé par divers facteurs, dont le tabagisme, la médication, les problèmes d’occlusion dentaire et les maladies au niveau des gencives.

dr_giroux_maxillo_facial_dent_implants---4

En plus de réduire les risques de perte osseuse en imitant la présence d’une racine dentaire, les implants dentaires comptent plusieurs bénéfices. De ceux-ci, notons le fait qu’ils restaurent et améliorent la fonction masticatrice ainsi que l’élocution d’une personne qui a perdu une ou plusieurs dents et qu’ils éliminent les pressions sur les dents restantes ou sur la muqueuse buccale causées par les prothèses conventionnelles.

À titre de spécialiste en la matière, le chirurgien buccal et maxillo-facial saura déterminer le traitement approprié d’implantologie, en fonction de l’esthétisme de la bouche, des dents, des mâchoires et du visage. Cette chirurgie peut être effectuée sous anesthésie locale, générale ou accompagnée de sédation consciente intraveineuse.

Pour tout savoir sur les implants dentaires, consultez un de nos professionnels, spécialiste en chirurgie buccale. Pour plus d’information : www.specialisteschirurgie.ca/implants-dentaires.


Dents de sagesse

Dental X-Ray

Les dents de sagesse sont les dernières dents à se développer. Aussi appelées troisièmes molaires, parce que positionnées complètement à l’arrière de la dentition, elles présentent une grande variété de formes et de tailles selon les individus. Elles font généralement éruption en bouche vers la fin de l’adolescence et la formation des racines se termine durant la vingtaine.

L’extraction des dents de sagesse est une conséquence directe du travail de prévention dentaire. En raison de l’augmentation avec l’âge de la densité de l’os et de la proximité grandissante avec un nerf important (alvéolaire inférieur), l’opération devrait idéalement avoir lieu entre 14 ans et 20 ans, mais surtout avant 30 ans.

Les raisons justifiant l’extraction sont diverses. On constate toutefois que les complications possibles reliées aux dents de sagesse sont nombreuses. Il faut savoir que les troisièmes molaires du bas causent plus souvent de problèmes que celles du haut. De plus, ceux-ci augmentent en fréquence après l’âge de 25 ans. Une dent de sagesse incluse peut, entre autres, engendrer diverses pathologies, dont des infections, des kystes ou même des lésions néoplasiques.

Deux types d’extraction sont possibles : l’extraction simple, si la dent est présente en bouche, ou l’extraction chirurgicale, si la dent est incluse ou semi-incluse. Une extraction chirurgicale nécessite que le chirurgien dentaire incise la gencive, taille la dent pour la libérer de son enclave et referme l’incision avec des points de suture. Parfois, il peut être nécessaire de sectionner la dent de sagesse en plusieurs morceaux afin de pouvoir la retirer.

Rassurez-vous, les techniques d’anesthésie (locale, générale ou sous sédation) rendent indolore l’ensemble du processus. Contactez-nous pour obtenir de plus amples informations sur ce service offert à nos bureaux de Québec. Un petit tour sur le www.specialisteschirurgie.ca/dents-de-sagesse peut aussi s’avérer intéressant.


Anesthésie et sédation

dr_giroux_maxillo_facial_anastesie_sedation

En matière de santé, une chirurgie demeure une chirurgie. Qu’elle soit pratiquée en bouche, par un chirurgien dentaire, ou sur toute autre partie du corps, il est impératif pour le professionnel de veiller d’abord et avant tout au confort du patient. D’où le recours à l’anesthésie.

Au fil des ans, les techniques ont largement évolué. Au-delà d’assurer la suppression des sensations, dont celle de la douleur, l’anesthésie contribue également à une meilleure récupération à la suite de l’intervention. Essentielle à toute chirurgie dentaire, sa forme dépendra du traitement à recevoir, de l’état de santé général du patient et du niveau d’anxiété provoquée par la procédure.

L’anesthésie locale, réalisée à l’aide d’une substance anesthésique qui a comme propriété d’empêcher la transmission nerveuse de la douleur, permet de créer une absence de sensation dans une région du corps. Il s’agit d’une forme couramment utilisée dans le domaine de la dentisterie et de la chirurgie buccale et maxillo-faciale.

L’anesthésie générale plonge pour sa part le patient dans un état inconscient. Par sa nature, elle doit se dérouler en milieu hospitalier et sous la surveillance d’un anesthésiologiste. Diverses substances sont alors inhalées ou administrées par voie intraveineuse afin d’endormir le patient. En découlent une absence de douleur et un relâchement des muscles. Cette immobilité musculaire se révèle un aspect important, puisqu’elle évite que le patient fasse des mouvements involontaires pouvant nuire à la chirurgie.

Enfin, la sédation se définit par un état conscient ou semi-conscient où le patient est détendu et perd la notion du temps. Du même coup, elle assure au principal intéressé de n’avoir aucun souvenir de l’intervention. Dans le cas de la sédation, l’anesthésie locale demeure tout de même nécessaire.

Toujours à l’affût des dernières avancées dans le domaine, nos spécialistes en chirurgie buccale et maxillo-faciale sauront répondre à vos questions, aussi pointues soient-elles. Nous vous invitons fortement à recourir à leurs connaissances en nous contactant, au 418-717-6865, dans la grande ville de Québec, ou à visiter le www.specialisteschirurgie.ca/sedation-anesthesie.


Service généraux de cbmf (chirurgie buccale et maxillo-faciale)

Maxillofacial concept  x-ray jaws

Au nombre des dix spécialisations de la médecine dentaire reconnue par l’Ordre des dentistes du Québec, la chirurgie buccale et maxillo-faciale comprend le diagnostic et le traitement chirurgical et auxiliaire des troubles, des maladies, des blessures et des anomalies affectant les aspects fonctionnels et esthétiques des tissus durs et mous des régions et structures de la bouche (buccal), des mâchoires (maxillo) et du visage (facial).

À titre illustratif, la profession de chirurgien buccal et maxillo-facial se situe à mi-chemin entre la chirurgie médicale traditionnelle et la dentisterie générale. Le bagage de connaissances de ceux et celles qui exercent la profession émane à la fois des savoirs dentaires, médicaux et chirurgicaux, qui font d’eux de véritables hybrides. Les actes pratiqués exigent non seulement la parfaite maîtrise des aspects théoriques et pratiques, mais aussi énormément de précision, de concentration, de dextérité et de confiance.

Pourquoi avoir recours à un chirurgien buccal et maxillo-facial? Entre autres, pour des cas d’extraction dentaire – notamment les fameuses dents de sagesse, d’implant dentaire (implantologie), d’apnée du sommeil et de ronflement, de chirurgie orthognatique, de trouble masticatoire, d’apectomie, de pathologie buccale, de chirurgie et d’orthodontie, de microchirurgie, de douleur orofaciale, de greffe osseuse ou encore de traumatologie.

Contrairement à certaines spécialités, aucun référencement n’est nécessaire pour consulter un chirurgien buccal et maxillo-facial. Cela n’empêche toutefois pas ce dernier et les dentistes généralistes de travailler de pair afin d’assurer aux patients des soins professionnels de qualité.


© 2019 Dr Patrick Giroux Maxillo • Tous droits réservés. |  Agence Team
Team Marketing.Web.Design